Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates

J’ai lu ce livre de 125 pages paru aux éditions J’ai Lu.

Pour en lire un résumé, c’est par ici.

Mon avis:

Moi qui ait habituellement un avis plutôt tranché, cette fois, je ne sais pas exactement si j’ai aimé ou pas… C’est rare mais ça arrive!

Quoiqu’il en soit, cette histoire ne laisse pas de mabre!

La plume de l’auteur et surtout l’organisation de son texte m’a beaucoup plus plu dans ce roman que dans « Le triomphe du singe-araignée ».

Cette fois c’est plutôt le fait que le texte nous revoie à nous même ét surtout à cette curiosité perverse mais humaine qui nous pousse à tourner les pages pour en savoir de plus en plus sur cette histoire malsaine, sombre et terrifiante.

Cette histoire nous pousse aussi à réfléchir à jusqu’où peut aller l’emprise d’un professeur sur ses élèves  mais aussi plus simplement, jusqu’où peut-on aller par amour.

Bref, ce livre dans lequel tous les personnages ont un côté obscur, même le perroquet qui est d’une méchanceté rare, est malgré tout très prenant et ne nous laisse pas en paix même après en avoir terminé la lecture.

C’est bien parceque ce livre choquant ne sortira pas de ma mémoire de si tôt que je pense que d’une certaine manière je l’ai aimé et donc qu’il vaut sans doute une note de 8/10 car il a du atteindre son but!

Ma chronique en vidéo:

Challenge ABC: 12/26

Le triomphe du singe-araignée de Joyce Carol Oates

J’ai lu ce livre de 128 pages paru aux éditions Points.

Pour en voir le résumé, c’est par ici.

Mon avis:

Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé ce livre mais je ne peux pas dire non plus que j’ai vraiment aimé ce livre… Bref, mon avis est plutôt mitigé.

En fait, j’ai aimé le fait qu’on puisse vraiment entrer dans les pensées, dans la tête de ce tueur même si par moment, ça fait peur car on se rend compte qu’il n’a pas du tout conscience de sa folie et qu’il croit même avoir des réactions normales malgré les gens qui l’entourent, qui lui disent très, et même trop, clairement qu’il est dingue…

Par contre, ce qui a contrarié ma lecture c’est le fait que le récit est sans dessus-dessous! On dirait que l’auteure à décider de coller tout ce qui lui passait par la tête  sans aucun ordre ni chronologique ni distinctif par rapport aux personnages…

Bref, il y a vraiment des moments où c’est difficile de s’y retrouver et où je me suis demandée qui dit quoi, est-ce une parole ou une pensée??? Sommes-nous dans un délire du tueur ou dans la réalité??? Enfin, vraiment, c’était assez confus!

Ce qui est contradictoire, c’est que je me dis après avoir fini la lecture de la globalité de l’histoire que c’est sans doute un choix de faire de ce récit quelque chose de si confus car c’est vrai que ça va bien avec le portrait psycholigique du tueur que l’auteur a voulu nous dépeindre ici mais bon, il y a quand même des moments où il manquait un petit quelque chose dans le titre du châpitre par exemple pour qu’on puisse s’y retrouver un peu mieux.

Néanmoins, malgré toute cette confusion, j’ai malgré tout tourné les pages de ce tout petit livre assez rapidement car j’avais malgré tout envie de savoir la fin et la fin était comme le reste du livre, c’est à dire qu’elle fait partie de la vue globale du livre que l’on peut se faire lorsqu’on l’a fini, elle n’apporte rien de plus et rien de moins que le reste du livre, elle est juste la pour terminer le portrait psychologique de ce tueur!

C’était ma première rencontre avec un livre de Joyce Carol Oates, ce n’était ni le coup de foudre ni un désastre total, cela dit, j’espère que j’accrocherai mieux avec Délicieuses pourritures, l’amour en double et les autres livres d’elle qui sont dans ma PAL!

Ma note pour ce livre sera seulement un petit 6,5/10 car le fouilli dans les paragraphes, les chapitres et autres m’ont vraiment ennuyée à certains moments de ma lecture!

Ma chronique en vidéo: