L’amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

J’ai lu ce livre de 194 pages paru aux éditions Folio (version ebook)

Pour en lire un résumé, c’est par ici.

Mon avis:

Aillant déjà lu d’autres livres de l’auteur, je me faisais une joie de retrouver son style si particulier, tranchant dans le vif tout en étant un peu vulgaire… Oui, il faut aimer mais moi, j’aime!

Vers la sortie du film, j’avais désiré que mon mari m’offre se livre mais, je ne sais pas pourquoi, il n’a pas voulu…

Dans ce roman, le personnage principal qui est en instance de divorce croit en l’amour qui dure trois ans puis qui meurt et il tente de nous démontrer par A+B que c’est ainsi. On le sent désabusé et on passe par pas mal d’émotions. En fait, ce livre nous conte une histoire d’amour qui se révèle être plus autobiographique que ce qu’on pourrait penser au départ…

Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture mais je la conseillerais qu’à ceux qui aiment la façon d’écrire de l’auteur car c’est quand-même assez particulier.

Ma chronique en vidéo:

 

Publicités

Au secours Pardon de Frédéric Beigbeder

J’ai lu ce livre de 319 pages paru  aux  éditions Grasset.

Pour un berf résumé, c’est par ici.

Mon avis:

J’ai aimé retrouvé le style de F. Beigbeder que j’avais déjà apprécié lors de la lecture de « 99 francs ». Au delà du style, on retrouve également le personnage principal, Octave, qui a à peine changé… En effet, notre cher Octave ne vit plus en France mais en Russie car il a changé de boulot et est devenu une sorte de chasseur de tête dans le manequinat et il est bien connu que tous les plus beaux mannequins viennent de pays slaves. En Russie, il vit sa vie, boit, se drogue toujours autant que lorsqu’il vivait en France dans le monde de la publicité.

Octave va rencontrer en Russie un prêtre orthodoxe qu’il avait connu en France et va se confier à lui (tout au long du livre, il se confesse), on va remarquer au fur et à mesure qu’il s’en veut de n’aimer les femmes que pour leur physique mais que rien n’est jamais de sa faute, tout est toujours la faute de sa famille, de son boulot,… Le prêtre va lui faire rencontrer une très jeune fille de 14 ans qui pourrait gagner le concours de manequin qu’il va organiser (Octave, pas le prêtre hein!) et Octave, après avoir rencontré cette fille, va en tomber fou amoureux.

Cette fille est beaucoup trop jeune pour lui mais elle est belle et a du répondant bref, elle a tout pour lui plaire… Pourtant, au delà de la différence d’âge cet amour sera impossible et cela va mener Octave à sa perte!

Bref, je vous ais raconté l’histoire du livre mais en lisant ce bref résumé, vous n’aurez pas vu le quart de la moitié des informations qui sont dans ce livre car Octave, lors de ses confessions, va aussi dénoncer beaucoup d’autres choses concernant le manequinat mais aussi les familles monoparentales, les produits make-up, le racisme,…

J’ai donc beaucoup aimé ce livre auquel je donne la note de 8,5/10!

Ce n’est pas un coup de coeur mais un livre que je conseillerais volontié aux amateurs du style de cet auteur!

Pour voir mon avis en vidéo:

L’état de ma PAL: 237/239